"Le sursaut" : pourquoi un roman heureux, optimiste et visionnaire, je l'espère, sur le futur du 21e siècle ?

 

 

Dans “le sursaut“,  le 2e volume de mon roman « Une histoire heureuse du 21e siècle », j’ai voulu convaincre les lecteurs qu’un futur heureux est possible.

 

Comme beaucoup d’entre nous en ce début de 21e siècle, je me pose des questions sur l’avenir de notre planète. De gros nuages noirs se sont amoncelés depuis quelques dizaines d’années, ils ont pour noms impasse écologique, changement climatique, consommation effrénée de matières premières non renouvelables, pollution généralisée, explosion démographique, réduction de la biodiversité…, et notre monde paraît terriblement menacé. Éternel questionnement, me direz-vous, tant il est vrai que les hommes ont souvent cru que la fin du monde était proche. Mais là, la menace est clairement identifiée, scientifiquement bien documentée, et les mécanismes qui la produisent sont connus de tous.

 

Un futur heureux est possible.

J’ai essayé de l’expliquer de manière aussi claire et rigoureuse que possible, par une approche rationnelle, mais sans que cela soit trop ardu, afin de rendre abordables les sujets traités. Pour atteindre ce but, j’ai choisi d’écrire un roman, plutôt qu’un essai, en faisant dialoguer huit personnages humains (les observateurs) et Théa (Dieu), ce qui offre la possibilité d’échanges vivants, interactifs, presque ludiques, sur les grands problèmes de notre siècle. J’espère avoir réussi à rendre passionnants les sujets évoqués en choisissant ce genre littéraire.

 

Visionnaire plus qu’utopique.

En cette période d’interrogations (et la crise du Covid 19 ajoute encore une dimension supplémentaire), j’ai essayé de vous convaincre qu’une issue heureuse est possible. À vous de dire si j’ai réussi, mais, que ce but ait été atteint ou pas, faisons tous en sorte que notre histoire commune du 21e siècle soit réellement heureuse. Et que celle que j’ai imaginée dans mon roman  soit vraiment visionnaire et pas seulement utopique !

1 réflexion sur ““Le sursaut””

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *