L'orang-outan

Les populations d’orangs-outans sont aujourd’hui en grave recul, ceci constitue une menace majeure pour la biodiversité. L”‘homme des forêts” offre l’exemple tragique du rôle que l’homme joue dans cette réduction et dans le recul des espèces animales.

Une empathie particulière.

J’éprouve une grande affection pour les orangs-outans, pas vous ? C’est peut-être l’animal le plus proche de l’homme. Le regard qu’il vous adresse lors d’une de nos visites au zoo est si « humain »! Pas sûr d’ailleurs qu’il considère ce qualificatif comme un compliment.

Quelle population ?

J’ai pris ma calculette et j’ai essayé d’évaluer la population des orangs-outans avant la colonisation de la Terre par l’homme il y a disons dix mille ans. Son espace naturel était alors d’au moins dix millions de km2 et s’étendait sur une grande partie de l’Asie. Aujourd’hui, il n’est plus que d’environ un million de km2 répartis sur Sumatra et Bornéo (réduction de 90%). Et ses conditions de vie étaient sans doute plus favorables. J’ai donc supposé que sa densité de population était un peu supérieure à ce qu’elle est aujourd’hui, marquée par un très fort stress environnemental. Aujourd’hui ils ne sont plus qu’environ 100000, et ce chiffre est en constante diminution. Faites le calcul : sa population était probablement de 2 à 3 millions d’individus.

Quelque chose qui cloche.

Mais ce chiffre prend encore plus de relief lorsqu’on le compare à la population humaine. Cent mille orangs-outans aujourd’hui pour 7.5 milliards d’humains, soit 75000 fois moins, alors qu’il y a dix mille ans, leurs populations étaient sans doute assez comparables. Un unique orang-outan pour soixante-quinze mille hommes sur terre (un peu plus que la population d’une ville comme Chambéry). Vous ne pensez pas qu’il y a quelque chose qui cloche ?

Une menace pour la biodiversité

Mais le plus grave est que sa population continue de décroître rapidement, ce qui constitue une menace majeure pour la biodiversité. Des mesures drastiques doivent être prises très rapidement pour le sauver de la triste liste des espèces disparues des prochaines décennies.

Lien utile: volume 2 le sursaut chapitre “les conséquences, encore, pages 213-215”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *