L'esclavage et George Washington

Contre l’esclavage, chez les autres !

En écrivant « l’inventaire », je me suis beaucoup documenté sur l’esclavage, vaste sujet s’il en est !

J’ai été amené incidemment à m’interroger sur le cas de George Washington, un des Pères fondateurs de la nation américaine, président des États-Unis de 1789 à 1797. Il a été dans sa vie politique, à partir des années 1780, un fervent abolitionniste de l’esclavage. Il a cependant conservé jusqu’à sa mort en 1799 plus de trois cents esclaves dans sa ferme de Mount Vernon. 123 lui appartenaient personnellement, les autres appartenant à sa femme. Son testament prévoyait que ses propres esclaves soient affranchis, mais pas avant la mort de sa femme (décédée en 1802). Bel exemple de solidarité maritale !

Hypocrisie ou aveuglement

Voici qui fait réfléchir n’est-ce pas ? Méditer sur les contradictions que beaucoup d’êtres humains portent en eux, toujours prompts à s’engager pour de belles idées, mais qui ont souvent du mal à les mettre en pratique dans leur vie personnelle. Hypocrisie, insincérité, ou une bonne dose d’aveuglement salutaire ? Qui d’ailleurs peut se dire totalement à l’abri de tels comportements ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *