Ce deuxième ouvrage est la suite de l”inventaire” et vous pourrez y retrouver ses personnages et son univers philosophique, scientifique et écologique qui vous sont familiers.  Si cependant vous n’avez pas lu le premier volume, sachez que ce second volume peut se lire indépendamment du premier.

Sans nouvelles de Théa (Dieu), les observateurs préparent les messages qu’elle pourrait transmettre aux Hommes. Théa, du fond de l’univers, suit leurs travaux qui n’occultent aucun des fléaux actuels qui menacent mortellement l’humanité : consommation débridée, démographie galopante, dégradation de l’environnement, mépris de la vie animale… Elle participe à leur ultime séance de travail, et leur demande de transmettre les messages aux humains. La fin de l’ouvrage raconte l’histoire heureuse du 21e siècle par laquelle l’humanité, renonçant à ses poisons conformément aux messages, entre dans un cercle vertueux de sobriété et de sagesse.
Une réflexion vivifiante qui vous donnera de l’espoir en ces temps où l’on parle beaucoup de collapsologie et d’effondrement prochain de la civilisation !

Dans ce deuxième volume, les défis du futur, consommation débridée, démographie galopante, dégradation de l’environnement, défi climatique, sont abordés avec réalisme, clarté et sans tabou, ce qui n’exclut pas humour et optimisme, grâce à la forme dialoguée et vivante d’échanges entre Théa et les observateurs humains. A travers le récit, l’auteur y déroule une véritable feuille de route pour l’humanité en ce 21e siècle. Récit visionnaire ou, hélas, simplement utopique : au lecteur de décider !

Avis de lecteurs, toujours garantis authentiques !

Romain, j’ai retrouvé avec plaisir l’équipe des huit, leur volonté constructive, leur ouverture d’esprit. Leurs conclusions, leurs perspectives, rejoignent naturellement les miennes. C’est à chacun de nous de contribuer dès aujourd’hui à l’amélioration de notre monde. C’est en chacun de nous que se trouve le pouvoir de faire changer les choses. Combattre les sept poisons de notre nature, ne pas attendre que l’initiative vienne d’élites et de commandements empoisonnés jusqu’à la moelle. Les acculer, ne pas avoir peur, convaincre, donner l’exemple, faire preuve d’honnêteté envers soi-même, envers les autres. Retrouver le goût du risque. Remettre au goût du jour des valeurs galvaudées comme l’empathie, le courage, l’abnégation, l’intégrité (…). Je dirais que cette issue heureuse est très concevable, si les humains effectuent les bons choix… Espérer qu’ils en soient capables est à mes yeux l’unique utopie, mais je veux quand-même y croire. Merci infiniment pour ce tour d’horizon positif, cette bouffée d’oxygène.

Bravo, vraiment bravo, Romain, pour avoir réussi à rendre passionnant le développement d’un sujet aussi sérieux et vaste qui pourrait rebuter a priori les lecteurs. Tout d’abord la forme dialoguée entre les membres du “club des huit” permet d’appréhender le bilan actuel et de bien comprendre les enjeux, de manière claire, sans que cela soit trop ardu.
Ensuite, vient l’extrapolation que l’on ne peut que souhaiter. Je ne sais si une telle évolution est possible ou même probable, mais ce serait l’idéal. Je ne serai plus là pour voir se réaliser une telle mutation, mais je la souhaite pour mes enfants et mes petits-enfants. En tout cas, je voudrais vraiment que votre étude soit prémonitoire ! Merci, Romain !