Une fin heureuse pour les animaux (1)

 
Un extrait du dernier chapitre “Une fin heureuse” du volume 2 “ le sursaut
 
Respect pour les animaux d’élevage.
Une autre manifestation remarquable de cette évolution des hommes fut la place qu’ils firent progressivement aux animaux, qui devinrent peu à peu leurs compagnons de route sur Terre. Ce fut en fait un mouvement lent, mais irréversible. Au cours de la décennie 2020, beaucoup d’humains réduisirent leur consommation de chair animale, les conditions d’élevage des animaux furent améliorées, et la souffrance animale recula dans les abattoirs de certains pays avec la mise en place de caméras de surveillance. Il s’agissait de premiers pas, modestes mais réels.
 

Exit corrida, chasse à courre et chasse traditionnelle.

La corrida fut interdite, de même que la chasse à courre, dans les pays qui l’autorisaient encore. En fait ces activités n’étaient déjà presque plus pratiquées, et longtemps après, on s’étonna qu’elles aient pu être considérées comme des fleurons de la culture occidentale. La chasse traditionnelle recula, elle faisait de moins en moins d’adeptes. La mise à mort volontaire d’animaux libres était considérée par beaucoup comme une activité archaïque et même indigne de l’espèce humaine, si bien que les chasseurs firent évoluer leur statut : ils devinrent, avec l’aval de leurs autorités politiques, des agents de régulation écologique dotés d’une délégation de service public pour le contrôle des populations animales. Cela n’empêcha pas le déclin irréversible de cette activité, beaucoup d’humains ayant définitivement compris que la véritable espèce prédatrice et invasive pour l’environnement était l’homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *